Une réponse vague

Le 20 Septembre 1917

Petit Loul Aimé,

J’ai reçu ce matin ta petite carte du 17. Tu me demandes de fixer la date de ta permission. Petit chéri, j’étais tellement contente au reçu de cette nouvelle que je voulais tout de suite te répondre : « Viens tout de suite, je t’attends avec impatience. » Mais après j’ai réfléchi. Le temps que ma lettre te parvienne, cela fera le 22 ou 23. A cette date, serons-nous partis ou encore à Paris ?

Aussi comme je ne savais pas exactement la date de notre départ, j’ai jugé plus sage de téléphoner chez toi avant de te répondre. Justement, Madame Sevette est venue me surprendre ce matin, aussi j’ai pu lui demander.

La famille Sevette en voiture

Voilà que tout est changé. La voiture n’est pas encore prête, Monsieur Sevette n’a pas encore son permis et Madame Sevette voudrait que je vienne seule avec eux. Je ne demande pas mieux. Cela ne me sourit pas de m’en aller avec mon père, je ne pourrais pas faire ce que je voudrais et de plus, si tu viens là-bas, je serais moins libre.

Elle me conseille d’attendre encore 1 ou 2 jours pour que l’on puisse te donner une réponse exacte si oui ou non nous partons.

Monsieur Sevette devait savoir ce matin s’il pourrait obtenir son permis. Ta maman dit que tu devrais attendre encore un peu pour avoir ta permission en même temps que Pierre qui doit venir vers le 5 ou 6. Moi, je ne dis pas comme elle. Et je trouve tous ces contre-temps bien ennuyants, car ils nous privent du bonheur de nous voir tout de suite. J’espère que demain j’aurai une bonne réponse plus exacte à te donner. Depuis ce matin, je cherche, je cherche, mais je ne trouve rien.

Si tu viens tout de suite au reçu de cette lettre, tu risques de ne pas nous trouver, comme des fois nous serons peut-être encore là.

D’un autre côté, je suis bien ennuyée, car j’attends pour le 22, et si tu viens tout de suite, ça tombera mal. Je crois que le plus sage serait d’attendre à demain, j’aurai une réponse par téléphone (de Mme Sevette).

Madame Sevette m’a dit qu’elle allait t’écrire tantôt.

Si tu prends ta permission avant la fin du mois, auras-tu 10 jours ?

Le plus dur de la chose, c’est l’explication que j’ai eu à donner à mon père à midi. Je lui ai dit que tes parents ne savaient pas exactement quand ils partiraient et qu’ils n’iraient au Mesle que pour 3 ou 4 jours, qu’ils avaient l’intention de faire un voyage circulaire et que disposant d’une place dans la voiture, ils me l’offraient.

D’après ce que m’a dit Madame Sevette, ils ont bien l’intention d’aller au Mesle, mais c’est un moyen comme un autre. Lorsqu’on y seraient, on t’écrirait pour que tu viennes nous retrouver. Comprends-tu ?

Mon père n’a rien dit. Seulement que ça ne valait pas la peine que je parte pour rester 2 jours dans un endroit et 2 jours dans un autre. Moi j’ai répondu qu’au contraire, c’était très amusant et que ça me ferait voir du pays.

J’espère que tout ira pour le mieux et que nous aurons le plaisir de nous retrouver là-bas.

Je suis désolée d’être obligée de te donner une réponse aussi vague. Moi qui désirais tant te voir tout de suite. Enfin, espérons que demain la réponse sera meilleure.

Reçois mon petit Loul adoré les meilleurs tendresses de ta gosse qui s’ennuie à la pensée que tu pourrais être près d’elle en ce moment,

Mino

Creative Commons License