Une stoppeuse épatante

Le 16 Mai 1919

Mon petit Coco chéri,

J’ai reçu hier soir ta mignonne lettre du 11, je suis contente d’apprendre que ton coucou marche toujours bien, cela me rassure un peu ? J’ai donné à Pierre des nouvelles de son enfant, il est très heureux de le savoir toujours en bon état. Il est en permission de 10 jours depuis Lundi dernier, ça fait qu’il lui reste encore plusieurs jours à passer à la maison.

J’ai été chez le tailleur ce matin, ils n’ont pas trouvé de morceau, mais voilà qu’en causant avec l’employé qui s’occupe de moi, j’ai appris que sa femme était stoppeuse, qu’elle prenait au maximum 15 jours pour remettre en état un vêtement. Comme cela m’intéressait, je lui ai demandé son adresse. Il m’a donné sa carte et m’a dit : « Si vous voulez y aller, il n’y a qu’à prendre l’autobus Montmartre-Place St Michel, il vous descend tout à côté de chez moi. »

custine

En effet, j’ai pris l’autobus et je suis descendue rue Custine (c’est à Montmartre), j’ai très bien trouvé la maison. Sa femme m’a reçue d’une façon charmante et m’a dit que veston et pantalon pourra très bien s’arranger. Elle a examiné le tout et m’a demandé comme prix 15f. Je n’en revenais pas. Surtout avec le gros trou de la culotte. Elle me l’a promis pour le 6 Juin. C’est épatant.

Elle m’a dit que c’était elle qui faisait les stoppages de la Maison Guesdon. Je comprends qu’elle prenne moins cher qu’ailleurs, car elle est en appartement et n’a pas de frais de boutique, en plus de ça, elle fait ses stoppages tout en faisant son ménage. Elle n’a qu’une jeune fille comme ouvrière. C’est une trouvaille.

Hier tantôt, je suis restée couchée toute l’après-midi, je me suis levée juste pour rentrer à la maison. Ça allait assez bien. J’ai passé une très bonne nuit. Ce matin, ça va tout doucement, je me sens un peu fatiguée. Tantôt, je vais juste chez Madame Schwab où je resterai assise toute l’après-midi. Le soir, Papa vient nous chercher en auto. Je ne me fatiguerai pas beaucoup.

Mon petit papier qui a rapport à ça m’a annoncé : « Bonne nouvelle. » Je pense que la bonne nouvelle sera la venue de mon petit Loul chéri, pour un de ces jours !!!

J’ai toujours beaucoup de chance au jeu. Hier soir, j’ai encore eu un carré d’as. J’ai gagné 1f70.

A part ça, rien de bien nouveau. Toute la famille me charge de t’embrasser.

En espérant que tu es toujours en bonne santé, je te quitte mon tout petiot Aimé en t’envoyant les plus douces tendresses de ta petite gosse qui trouve le temps bien long sans toi,

Mino

Creative Commons License