Reprise de Tourcoing

Le 19 Octobre 1918

Mon tout petiot Aimé,

J’ai reçu ta mignonne lettre du 16 hier soir. Tout d’abord, en apprenant que tu allais déménager, je n’ai pu lire plus loin ! Et je me suis mise à fondre en larmes. Crois-tu que je suis sotte Loul ! Ce n’est qu’après que j’ai vu que c’était pour aller à Châlons. Il est certain que cela ne me sera pas plus difficile d’aller là-bas qu’à Bar ! Il me faudra toujours une lettre. Il me semble me rappeler qu’à Châlons tu connaissais aussi une buraliste qui t’appelait « M. Charles » ! Tu pourrais peut-être lui demander ce service ? Est-ce pour bientôt ce déménagement ? Heureusement que ce n’est pas arrivé juste au moment de mon départ pour Bar !

Je compte toujours aller te voir vers le 31 Oct. ou le 1er Nov. Je vois la tête de mon commissaire lorsque je vais lui demander un sauf-conduit pour Châlons. Il va se dire : « Tiens, ça a changé subitement, ce n’est plus à Bar qu’elle va voir des amis, c’est à Châlons. » Je dirai qu’ils ont déménagé !

Hier, nous sommes allées ta Maman  et moi pour rien au Printemps. Les couvre-pieds sont plus cher que ce que Nounou veut mettre . Le 1er prix est de 125f avec taxes, ce qui fait 137f50. Et Nounou voulait mettre 100f.

Je t’écris de la maison où je suis venue déjeuner. Le ménage marche toujours très bien. J’ai vu Mme Dumortier et Mme Delecroix qui sont folles de joie. On vient de reprendre Tourcoing. Elles voudraient déjà y aller, mais c’est impossible. Pouchelle  doit être aussi très impatient d’avoir des nouvelles de ses parents de Lille ! En as-tu, des nouvelles ?

Excelsior___journal_illustré_quotidien_19-10-18

En espérant que tu es toujours en bonne santé, je te quitte mon Loul Aimé en t’envoyant les plus tendres baisers et les plus douces caresses de ta petite gosse qui t’aime follement,

Mino

Creative Commons License