Ton père m’a fait une farce

Le 24 Octobre 1918

Mon tout petiot Aimé,

A ma grande joie, j’ai enfin reçu de tes nouvelles hier soir. Figure-toi que ton père m’avait fait une farce. En rentrant de chez ton oncle, hier soir, je me précipite dans la salle à manger pour voir s’il y avait des lettres sur la cheminée. J’en aperçois de loin. J’étais déjà toute heureuse, mais j’ai été vite déçue en voyant que ce n’était pas adressé à moi, mais à ton père. Il y avait une lettre de toi et deux de Pierre. J’étais complètement désolée et je ne comprenais pas pourquoi. Il y avait une lettre pour tes parents de toi et rien pour moi.

Je faisais tellement une triste tête que Jeanne qui était restée là, m’a dit : « Ne vous désolez pas, il y a deux lettres pour vous, mais Monsieur Sevette vous les a caché. Faites comme si vous ne le saviez pas. » Ça fait que lorsque ton père est arrivé, je me suis mise à me lamenter, et j’ai eu tes deux mignonnes lettres du 19 et 20. Après, ça a été au tour de Jeanne. Ton père au dîner lui avait caché la lettre de son mari sous son assiette. C’est effrayant ce qu’il aime taquiner. Son fils tient de lui !

Je vois mon pauvre chéri que tu n’es guère favorisé par la correspondance. Si le secteur a déménagé, tu vas certainement rester plusieurs jours sans nouvelles. A moins que tu le rejoignes tout de suite. Voici quelques jours où il a fait beau. Le temps était très sec. Vous en avez certainement profité pour faire votre déménagement.

Sois tranquille petit Loul, je resterai encore sage huit jours de plus, s’il le faut ! Je ne suis pas encore si sotte que ça ! D’ailleurs, je ne sais pas si j’aurais pu partir le 31 ou le 1er. Je suis déjà en retard d’un jour ! Enfin, cela n’a pas d’importance. Aussitôt que je recevrai la lettre, je m’occuperai d’avoir mon sauf-conduit.

Je vais déjeuner à la maison. Ensuite, j’ai rendez-vous avec Marie-Louise.

Jeanne nous quitte Lundi soir 28. Elle est forcée de partir le soir. Les express étant supprimés de jour à parti de demain 25. Cela ne la fait pas rire de voyager de nuit avec son petit.

Sur ce, petit Loul, je te quitte pour m’apprêter. Reçois de ta petite gosse qui t’adore de bien tendres baisers et de bien douces caresses,

Mino

Creative Commons License