Un renard en cadeau de noce

Le 6 Octobre 1918

Mon Coco Joli,

Hier soir en rentrant à la maison, j’ai trouvé ta mignonne lettre du 3. Je vois que tu travailles beaucoup en ce moment, 4 heures de bombardement pour un jour, c’est bien fatigant. Mon pauvre tout petiot ! Quand est-ce donc que tu pourras te reposer !!!…

belle jardinière

Pour ta vareuse, je n’ai pas encore été la chercher. J’y ai bien pensé, mais je n’ai pu trouver d’ailes ! J’ai été forcée de les commander à la Belle Jardinière. Je ne les aurai pas avant Lundi 14. C’est bien long. si j’avais pu prévoir ça, je les aurais commandées avant ton départ. De toute façon, j’irai chercher ta vareuse demain. Je coudrai moi-même les ailes. Je copierai sur ta vareuse noire. J’ai demandé l’argent à ta mère ce matin. 35f plus 6f d’ailes. Elle les a réclamés à ton père qui m’a donné 50f. Cela me fait 9f de bénéf. Ton père m’a dit qu’il ne fallait pas me gêner, que lorsque j’aurai besoin d’argent, que je lui en demande. Je lui ai promis.

brassard ailes aviateur

Pour mon manteau, l’autre jour en allant aux Galeries avec Marie-Louise, je les ai regardés. Il n’en restait plus qu’un du modèle qui me plaisait. Après, cela sautait à 295f. J’étais très ennuyée, surtout que la vendeuse m’a dit que cet article-là était de réclame et ne se renouvelait pas. Alors je me suis décidée à le prendre et je me le suis fait envoyer. Je l’ai reçu hier. Il me plait beaucoup. Je le trouve très chic. Je t’envoie la gravure du catalogue ci-jointe. Je pensais bien que ma combinaison ne te déplairait pas.

Pour ma robe, j’en ai parlé hier à la couturière qui va s’en occuper tout de suite. Lorsqu’elle sera vendue, je ferai teindre ma blanche. Mon manteau est très chaud. Je crois qu’il te plaira.

J’ai oublié de te dire que Marie-Louise m’avait fait mon cadeau de noce. Devine ? Un superbe renard marron-noir. Il est très joli. Elle voulait me donner un paradis entier. Comme ce que j’ai sur mon chapeau. Je lui ai dit que je n’y tenais pas du tout. Que cela n’était pas utile pour moi. Alors elle m’a donné une fourrure. Ça fait que me voilà montée pour tout mon hiver.

Photo prise sur le balcon de Germaine, au 112 Av Ledru-Rollin
Photo prise sur le balcon de Germaine, au 112 Av Ledru-Rollin

Je l’ai fait estimer aux Galeries. On m’a dit qu’ils en avaient dans ce genre-là moins beau à 450f. La vendeuse m’a dit qu’il était superbe. Je crois que j’ai fait la bonne affaire.

Hier, le déjeuner avec mon père s’est très bien passé. Il ne m’a pas réclamé. Tout va bien. Il est toujours très enrhumé. Nous n’avons pas été chez le propriétaire car il travaillait. Ils n’ont plus la semaine anglaise à partir du mois d’Octobre. Il m’a dit qu’il irait demain Lundi. Cette question de proprio me tracasse beaucoup. Cela m’ennuie qu’il remette tout le temps à aller le voir. Je voudrais que ça soit terminé.

Aujourd’hui Dimanche, je ne sors pas : je reste ici avec Suzanne et Jeanne qui a très mal aux dents. Ta maman est sortie avec les enfants et la petite Berthe.

J’ai envoyé ce matin le faire-part à ton camarade Artigau.

Petit Loul, tu m’as fait bien enrager sur ta lettre d’hier. Je lis : « Je suis jaloux et je crois bien que je vais demander le divorce. » J’étais complètement affolée !!! Je continue et je vois : « Tu avoues toi-même que tu t’es fait embrasser sur la bouche. » Je pense : « Ça, c’est trop fort. Ce n’est pas vrai ! » En voyant la fin de la phrase : « …par un moustique », j’ai bien ri. C’est bien mon Loul ça ! Sale gosse ! Sale gosse ! Sale gosse !!! qui me fait enrager ! Les moustiques m’ont laissée tranquille cette nuit. Ils se sont rattrapés sur le petit de Jeanne. Il a une figure toute boursoufflée ! Nous sommes toujours très camarades. De plus en plus. il m’a déclaré que je lui plaisait beaucoup, que j’étais jolie et qu’il m’aimait beaucoup. Heureusement qu’il n’a pas 20 ans de plus.

Petit chéri, je vais te quitter sans oublier de déposer sur tes lèvres chéries mes plus ardents baisers. Ta petite gosse qui t’aime à la folie,

Mino

Creative Commons License