Mariage de ton oncle

Le 18 Décembre 1917

Mon petit chéri,

J’ai reçu hier tantôt 2 autres mignonnes lettres. Celles du 15 et 16. Ce qui fait 3 lettres pour la même journée. Je crois que je n’ai pas à me plaindre. Par contre, aujourd’hui, je n’en aurai certainement pas.

Je viens d’entendre le ténor et il me semblait bien que c’était le vrai, car pour moi, il n’y en a qu’un seul. En effet, c’était ton père qui passait avec la voiture. Il m’a aperçue et j’ai pu lui dire bonjour de la main.

Elle est vraiment chic la voiture à présent. On ne la reconnaitrait pas tant elle est changée. C’est un bijou !

La famille Sevette en voiture
La voiture des Sevette, avant modifications

Pour en revenir à mes lettres, j’ai lu avec un certain effroi ta première sortie. Vraiment, on aurait pas dû te laisser partir seul après la panne. Ne connaissant pas le secteur, tu aurais pu te perdre. Ce n’est pas prudent du tout. Heureusement que tu as beaucoup de sang froid et que tu sais bien te débrouiller, sans quoi il y en a beaucoup qui n’auraient pas su rentrer. Enfin, le principal est que cela se soit bien passé.

J’ai vu Madame Sevette hier. La couturière nous ayant laissées seules, elle m’a causé. Elle m’a demandé si tu m’en avais parlé. J’ai répondu que oui. Et que vraiment Monsieur Sevette était trop gentil pour moi. Qu’elle le remercie beaucoup pour moi, que cette offre m’avait fait grand plaisir, mais que je ne pouvais pas accepter, que c’était vraiment délicat, et que moi, ça me gênerait beaucoup. Que si nous étions mariés, ça serait encore possible, mais dans la situation actuelle…

Alors elle m’a répondu : « Puisque ça ne peut se faire en ce moment, acceptez tout de même, c’est entre amis. Monsieur Sevette sait bien que vous n’en abuserez pas. » Et là-dessus la couturière étant revenue, la conversation a été interrompue. En partant, je l’ai bien remerciée et lui ai dit encore de remercier infiniment M. Sevette pour moi.

Elle a dû certainement lui dire le soir. Aussi je ne sais pas ce qu’il va en résulter. Si ça pouvait réussir, dis mon Loul ? Enfin, il faut peut-être mieux ne pas y penser de peur d’être déçus.

Aujourd’hui, ça va mieux qu’hier. J’ai été malade quelque chose de pépère ! Mon médicament ne m’a rien fait du tout ce mois-ci ! Aussi, lorsque je verrai le médecin, je lui en raconterai pour 2 sous. Heureusement, j’ai bien dormi, aussi ce matin, ça allait plutôt mieux.

Comme il tombe de la neige, je ne suis pas sortie. Madame Dumortier m’a fait mon marché.

Tantôt, je descends travailler. Je me mets juste devant le feu, aussi je suis très bien.

Je suis en train de penser que Madame Sevette m’avait chargé d’une commission pour toi. Ton oncle Louis se mariant Jeudi, elle a beaucoup à faire et ne pourra t’écrire, aussi elle m’a chargé de bien t’embrasser. Voici la commission faite.

En espérant que tu es toujours bien portant et que tu ne souffres pas trop du froid, je t’envoie mon gros poupon chéri, les plus tendres baisers de ta gosse qui t’adore,

Mino

Creative Commons License