Je reste à Paris

Le 10 Juillet 1919

Mon petit chéri,

Je suis toujours aussi ennuyée qu’hier si ce n’est plus. J’ai eu à midi à subir la mauvaise humeur de mon père. Je lui ai dit hier au téléphone que nous venions de recevoir une lettre de ta tante Liotard nous invitant à aller passer les fêtes à Arcy. Aussi, tu penses mon petit chéri ce que j’ai entendu. Il prétend que chaque fois qu’il manifeste le désir d’aller au Mesle, nous changeons d’idée au dernier moment. Et que tes parents ne veulent pas se trouver avec lui ! Enfin, tout un boniment !

J’avais apporté la lettre de tantante pour lui donner la preuve de ce que j’avançais (cette lettre était celle que Maman avait reçu pendant que tu étais là). Ça a eu le don de l’exaspérer d’avantage et il m’a dit qu’on avait sans doute peur qu’on ne me croit pas, puisqu’on me donnait une preuve. Enfin, je l’ai laissé dire.

J’ai pris le parti de rester à Paris, comme cela, ça évitera des histoires. Je lui ai dit mon intention, j’ai même ajouté que je n’étais pas bien et que je ne voulais pas voyager en ce moment. Lui, il veut aller à la campagne quand même. Pourvu qu’il n’aille pas au Mesle. Ça ferait du joli !

Boeuf-noir-lemonnier

En tout cas, il ne m’y trouvera pas. C’est surtout pour ça que je tiens à rester ! S’il y va et qu’il trouve tes parents, ça sera embêtant mais bien moins embêtant que s’il m’y trouvait avec eux.

Après, il m’a dit qu’il irait à Cayeux. Comme il change constamment d’idée, je ne sais pas au juste ce qu’il fera. Il m’a dit de lui téléphoner demain à 2h et qu’il me dirait s’il fallait que je vienne Samedi déjeuner avec lui.

Quelle salade, mon pauvre petit Loul, j’en ai la tête ourlée ! Tes parents partent demain dans l’après-midi après le conseil d’administration.

Ecris-moi à Paris, je dirai que l’on me renvoie tes lettres adressées au Mesle. Je suis bien ennuyée car cela va me donner du retard dans tes nouvelles.

Tu ne seras peut-être pas très content mon chéri en apprenant que je reste ici, mais j’espère que tu me comprendras ! Je suis si ennuyée et je voudrais tant éviter les histoires. Enfin, j’en serai peut-être récompensée, si quelque fois tu passais par Paris pour aller à l’arrière. Je dis « peut-être » car je n’y compte pas du tout.

Aujourd’hui, je vais mieux, je me suis couchée hier toute l’après-midi et cela m’a bien reposée.

Je vais aller tantôt voir Marcel. Je te quitte mon petit chéri, bien ennuyée. Enfin, j’espère que tu es en bonne santé et ça, c’est le principal !

Reçois mon petit Loul Aimé les plus tendres baisers et les plus douces caresses de ta petite gosse qui t’aime de toutes ses forces,

Mino

Creative Commons License