Un sac ravissant

Le 25 Novembre 1918

Mon petit Loul chéri,

Je n’ai pas encore reçu de tes nouvelles depuis ton départ, j’espère avoir un petit mot ce soir.

Hier tantôt, j’ai été voir Marie-Louise. Nous n’avons pas bougé de devant le feu de toute l’après-midi. Nous avons travaillé. Notre ouvrage consistait à préparer des mouchoirs. Ma robe noire est vendue. Marie-Louise m’a donné l’argent hier. J’en suis fort contente. Cette pauvre robe a passé dans tant de mains qu’à la fin elle commençait à se défraîchir. J’ai fait mon compte, je ne perds que 11f05 en tout. Elle m’était revenue exactement à 91f90. Je préfère perdre ce peu d’argent et en être débarrassée.

Je vais maintenant me faire faire une petite robe dans une robe de bal que j’ai fait teindre bleu-marine. Je la ferai mettre en train demain afin que je l’aie à la fin de la semaine au cas où tu viendrais le 1er. Je pense qu’elle sera très gentille. Ça sera encore de la soie, ce n’est pas très pratique, mais comme je l’avais, je veux l’utiliser. J’ai ma petite casaque de velours gris à côtes. Elle est très chaude, aussi j’en suis fort contente. Avec ma jupe grise, l’ensemble fait très gentil.

porte tresor Samedi après-midi, j’ai acheté mon sac, il est ravissant, mais beaucoup plus cher que je pensais ! Le petit que j’avais vu à 10f dans la vitrine était très gentil, mais de près, ce n’était plus ça. L’intérieur était tout ordinaire et la soie était plutôt camelote. Je me suis décidée pour un porte-trésor en vache vernis à côtes. Ce qui sera beaucoup plus pratique. L’intérieur est mignon tout plein. Je l’ai payé 28f plus 4f pour les initiales. Tu vois, petit Loul, c’est plutôt cher, et c’est loin d’être 10f. Comme tu m’avais dit que je pouvais mettre plus, je me suis laissée tenter. Ai-je bien fait ? Je suis sûre que oui. Aussi mon petit chéri, il ne me reste plus qu’à te remercier mille et mille fois par de nombreux très doux baisers payables à ta prochaine permission.

Je ne vais pas plus mal. Je suis débarrassée d’un côté. D’un autre, je suis toujours ennuyée car je continue à me gratter. Je vais voir demain ce qu’en pense mon médecin. Une deuxième séance sera peut-être nécessaire. Je voudrai bien que non !!!

En espérant avoir de tes nouvelles ce soir et que tu es toujours en bonne santé, je te quitte mon petit Loul chéri en t’envoyant les plus câlins baisers de ta gosse qui t’aime bien tendrement,

Mino

Creative Commons License