Mes plus doux baisers de la campagne

11-08-1918

Le 11 Août 1918

Mon petit Loul Aimé,

J’ai reçu tout à l’heure ta première lettre adressée ici. Aussi je suis toute heureuse d’avoir de tes nouvelles. Comme elles mettent du temps pour venir jusqu’ici ! Trois jours, c’est vraiment beaucoup ! Je suis contente de te savoir toujours au repos, mais depuis ta lettre, tu as pu déménager. Enfin, j’ose espérer que non et que je te retrouverai à mon retour.

Dans huit jours, à cette heure-ci, nous serons dans le train pour Paris. Nous avons déjà projeté un tas de promenades pour nos derniers huit jours. Demain, nous devons aller à Bellêmes déjeuner. Nous irons aussi à la Grande Trappe. Je ne sais pas quel jour. Hier, nous avons fait une très jolie promenade du côté de Coulonges. Ça se trouve de l’autre côté de la gare. Nous avons passé devant notre petit bois aux moustiques, aussi j’avais le coeur un peu gros. Il me rappelait de trop bons souvenirs !

st julien

Yvonne était avec nous. Elle montre très bien à bicyclette à présent. Elle est toujours la première de la bande. Nous avons fait 18km et avons été goûter à la ferme. Nous avons fait les gourmands ! 2 assiettes de crème entière ont été mangées. C’est effrayant ce que Monsieur Sevette a bon appétit !!! Vraiment, ses vacances lui auront fait beaucoup de bien. Hier matin, il a arrangé le pneu de Madame Sevette. Il a eu beaucoup de mal, car il ne trouvait pas une enveloppe comme il fallait ! Enfin, il en a tout de même eu une chez Rivière.

Ce matin, c’est au tour de ma bécane d’être arrangée. Elle marche très mal ! Elle est très dure. Monsieur Sevette trouve qu’il y a un défaut de construction dans le moyeu arrière. Enfin, je peux tout de même marcher, mais elle est plus dure.

Ça me fait penser qu’il m’a dit de te dire (comme j’y pense, je te le dis tout de suite), que si tu avais besoin d’argent, qu’il avait donné des ordres à M. Leboeuf pour qu’il t’en donne. Il lui a écrit hier, mais n’a pas eu le temps de te le faire savoir. Alors comme il sait que je t’écris tous les jours, il m’a chargé de cette commission. Donc si tu en as besoin, tu n’a qu’à en demander. Cela t’aidera à payer ton imperméable.

Pour ta culotte, j’en ai causé à Mme Sevette. Ça fait que lorsque j’irai la chercher, je lui demanderai l’argent. Tu as d’ailleurs averti dans une de tes lettres qu’elle n’était pas payée.

Je continue à avoir beaucoup d’appétit. Je mange toujours comme six. Le pain est très bon et on arrive assez facilement à en avoir assez avec 300g. Jusqu’à présent, je n’en ai pas manqué. Cette année, pas tant de poulets que l’année dernière ! Il y en a presque pas. Je n’en ai pas encore mangé. Tes parents en ont eu 2 ou 3 fois.

Adolphe fait toujours beaucoup de vacarme. Surtout à présent. Il aime beaucoup Louise, parce qu’elle s’occupe de lui et lui fait ses pâtés. Il a 10 semaines et est aussi gros que le verra. Mais voilà que Louise est partie hier soir voir ses parents. Sa mère est gravement malade. Aussi, ce pauvre Adolphe s’ennuie beaucoup et ne mange plus à sa faim.

Aujourd’hui Dimanche, nous allons aller aussitôt déjeuné à la ferme. On ne peut pas laisser cette pauvre Marie seule. N’ayant pas de bécane, et ne sachant pas y aller, elle est forcée de rester là. Aussi, aujourd’hui nous allons passer la journée près d’elle.

Ici c’est très amusant. Je ne dis pas dix paroles sans dire : « Si Lucien était là, comme il se régalerait » ou « L’année dernière, Lucien faisait ça. Nous allions là. Il aimait ça. » C’est toujours mon Loul partout. Pauvre tout petiot, que nous avons abandonné. Pauvre chéri qui est tout seul dans une campagne. Vivement huit jours que nous nous revoyions !

Ici, on me trouve grandie et maigrie. Pas de chance, je ne tiens pas à grandir, après, je ne serais plus une petite gosse ! Je ne crois pas que je grossirai beaucoup pendant mes huit jours. J’aurai beaucoup de forces, c’est suffisant.

Tout le monde ici te souhaite le bonjour. Tes parents t’embrassent bien, ainsi que Loulou  et Yvonne.

Ta petite gosse t’envoie ses plus doux baisers de la campagne,

Mino

Creative Commons License