Bouquet de muguet

Le 11 Mai 1918

Mon petit Loul Aimé,

J’ai reçu hier tantôt ta mignonne lettre du 8, mise à Paris par un camarade. Elle a été mise dans le quartier, à la poste de la rue de la Bastille. Je suis contente de savoir que tu as fait un bon voyage, sans retard et qu’une voiture t’attendait à la gare.

En effet, lorsque le train est parti, je ne t’ai pas vu à la portière. Pourtant je regardais bien. Mais tu sais mon Loul, j’avais les yeux tout brouillés de larmes, aussi je ne distinguais pas très bien. Comme tu as dû le savoir par une précédente lettre, je n’ai pas été très sage à ce moment-là, mais tu sais, tout petiot, c’est bien dure, aussi je suis pardonnable. A présent, je le suis comme auparavant et je compte aujourd’hui mon 4e jour passé loin de toi.

Depuis ce matin, je suis toute raplapla. Si seulement j’avais mon gosse chéri près de moi, je suis sûre que je ne serais pas si malade. Quatre heures ne va pas tarder, et je me sens toujours pas à mon affaire. Après une bonne nuit, il n’y paraîtra plus. Ce n’est pas très grave.

Ce matin, j’ai reçu ta gentille lettre du 9. Rien d’étonnant, petit Loul, qu’à cette date, tu n’aies pas encore de mes nouvelles. Ma première lettre, je l’ai mise le 8. Elle ne peut pas arriver avant le 10. Tu as dû la recevoir hier. Si j’avais su, je t’aurais mis un petit mot le 7 au matin, comme cela avec la carte mise la veille, tu aurais eu un petit mot tous les jours. Mais tu sais mon Loul, le Mardi matin, je n’étais guère en train d’écrire !… J’avais déjà un peu le cafard.

Dis donc, Loul, mon père m’a apporté un bouquet de muguet à midi ! Tu penses si j’avais envie de rire ! Hier, il m’a payé un corsage. Tu vois d’ici si ça va bien !!! Cela n’empêche pas que dans huit jours, il me le reprochera. Enfin, je m’en moque, je l’ai toujours. Ce qu’il y a de mieux, c’est qu’il ne le trouvait pas assez cher (15f). Il m’a dit : « Je croyais que ça coûtait plus de 20f, si j’avais su !!! »

muguet

En espérant que ton rhume va mieux, je te quitte mon Loul Adoré en t’envoyant de bien douces cerises et de bien tendres câlineries de ta gosse qui voudrait bien avoir trois mois de plus à présent !!! Na !……

Celle qui t’aime bien tendrement,

Mino

Creative Commons License