Lettre de Madeleine

langage fleurs 5

Clichy, le 28 Juillet 1915

Ma chère Germaine,

J’ai reçu ta charmante lettre & tes jolies cartes. J’ai été heureuse de savoir que tu as revu Lucien. Tu as du être au paroxysme de la joie. Comme toi, je trouve la séparation bien cruelle. Mais notre devoir à nous est d’être courageuses !!!

Je compte partir le jeudi 5 Août pour Cayeux. Aussi, à partir de cette date tu devras m’écrire :
« Villa Mad-Jane »
13, rue Parmentier

J’ai toujours de bonnes nouvelles de Robert. Il ne sait encore s’il viendra en permission.

Et toi, petite Germaine, t’amuses-tu bien à St Quay ? Je vois par les cartes que tu m’as envoyées que tu excursionnes les environs. Fais-moi au moins une description pittoresque des plages bretonnes !

Et ton cher Papa, comment va-t-il ? J’ose espérer que l’air de la mer l’a remis complètement.

Jane et Maman sont à Cayeux depuis hier. Je suppose que notre amie Reine viendra y passer ses vacances. Il me semble que tu connais cette jeune fille. Elle était avec nous il y a 2 ans. Aussitôt arrivée, je te donnerai des détails sur notre vie cayolaise.

Et Marie-Louise, que devient-elle ? Est-elle toujours à Carentec ?

A Paris, il fait bien chaud. Aussi j’ai hâte de partir.

Je te souhaite de bonnes distractions et surtout de fréquentes nouvelles de Lucien. Dans l’attente du plaisir de te lire, présente mes amitiés à M. Bertin.

Pour toi, ma chère Germaine, mes plus affectueux baisers.

Ton amie,

Madeleine

 

Creative Commons License